Enseignement

Élèves et confiture

Jean-Claude Calpini, dans son très éclairant cours sur les stéréotypes, les étiquettes et l’effet Pygmalion:

« Si vous mettez un pot de confiture à la cave – admettons que ce soit de la confiture de fraise – et qu’au moment de coller l’étiquette, vous vous trompez: vous mettez, disons, confiture de pruneaux sur l’étiquette. Et bien je peux vous parier que lorsque vous ressortez le pot de confiture, que vous l’ouvrez et que vous le goûtez, il aura toujours le goût de confiture de fraise. L’étiquette n’a rien changé au contenu.

Bon.

Maintenant, essayez avec un élève. Vous prenez un élève en 6ème primaire, vous l’étiquetez mal; par exemple, vous dites en conseil de classe que c’est un élève agité, qu’il est turbulent. Eh bien, je peux vous parier que le plus calme des élèves, avec ce genre d’étiquette, devient effectivement un élève agité et turbulent au bout de quelques temps.
Autrement dit, vous avez le droit de vous tromper avec la confiture, mais pas avec les élèves, parce qu’ils finiront toujours par correspondre à l’étiquette que vous leur avez collée.« 

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Élèves et confiture

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s