Non classé

Changement

Il y a beaucoup de personnes qui ne croient pas au changement.

Il y a les àquoibonistes, qui pensent que la vie n’a aucun sens; les problèmes sont là pour notre malheur, il faut s’en contenter. Il y a les pessimistes et les paranos, qui pensent que la tartine tourne toujours du mauvais côté. Il y a les déterministes, qui croient au destin et aux malédictions, qui pensent que le talent est chose innée et que le grand-père « est comme ça. On ne pourra pas le changer. »

Le changement est en nous: tous les neuf ans, la majeure partie de nos cellules se sont régénérées au moins une fois. La nourriture que nous avalons est arrivée à notre bouche grâce aux changements successifs: décomposition, compostage, engraissement, photosynthèse, cueillette, affinage, cuisson. Nous changeons de l’intérieur: croissance, puberté, ménopause.

Sans changement, pas d’histoire: pour qu’une fable nous intéresse, le héros doit être transformé. Pour qu’une impro nous accroche, nous devons voir les personnages s’émouvoir (du latin e-movere, « bouger hors de soi »). La situation finale doit avoir sublimé la situation de départ (d’un point de vue formel, En attendant Godot n’est donc pas une histoire, avec tout le respect que je dois à Samuel Beckett).

J’ai beaucoup de peine à avoir une discussion raisonnable avec les gens qui croient à la personnalité comme de quelque chose de figé: « je suis comme ça, c’est tout; mes parents étaient comme ça / j’ai mes défauts, je les connais, ils font partie de moi, c’est ma personnalité / c’est mon caractère, tu ne me changeras pas. » Ces gens se réfugient derrière une carapace de béton qu’ils croient indestructible, plutôt qu’avouer qu’ils sont trop paresseux pour vouloir changer.

Il n’y a que le principe de changement qui résiste au changement.

Et à part ça, je suis content d’avoir placé les mots « compostage » et « Beckett » dans le même billet.

Publicités
Par défaut

5 réflexions sur “Changement

  1. M dit :

    En cours on a récemment lu « la transcendance de l’égo » de Sartre. J’en ai retiré notamment cela:
    Imaginons quelqu’un qui se met 5 fois par jour en colère. Il va se définir comme étant colérique et justifier ainsi son comportement. Sartre appelle cela le « lien magique ». Or ce lien est faux, cet homme n’a jamais vraiment éprouvé le fait d' »être » colérique, il unifie simplement des expériences répétées en une qualité qu’il croit déterminée.
    En fait c’est tout simple mais je trouve que ça ouvre un champ de liberté énorme.

    Voilà et sinon comme c’est la première fois que je commente j’ajoute encore : Bravo pour ton blog! J’aime vraiment beaucoup ton style, c’est un plaisir de te lire.

  2. finpoil dit :

    Merci beaucoup pour cette contribution, M.
    « En deux jours, une contrainte devient un choix; en deux semaines, un choix devient une habitude; en deux ans, une habitude devient un trait de caractère. »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s