Écriture

Le maître du monde

Quand je serai maître du monde
Crânant sur un trône de fer
Roi de l’horreur et de l’immonde
Tyran des cieux et de l’enfer

Je promulguerai plus de mille
Lois pour supprimer tous les cons
Les sots, les nuls, les imbéciles
Les homoncules trop abscons

J’interdirai cette inconscience
Qu’aveugle le triste « œil pour œil »
Et ne permettrai la violence
Que pour combattre mon orgueil

J’immolerai les militaires
Dans leurs cartouches en fusion
J’étoufferai les nucléaires
Sous leur infâme pollution

Le prêtre qui tonnait la haine
Sera foudroyé sous mon poids
Et tous les rois, toutes les reines
Crèveront sous mon regard froid

Enfin, lorsque mon impatience
S’essoufflera par trop d’efforts
Le vent fera vœu de silence
J’exhalerai mes derniers sorts

J’érigerai de nouveaux rites
De tendresse et de chants d’amour
À la louange de nos mythes
Et faiblesses de tous les jours

Nos peurs se seront évanouies
Tout ne sera plus que plaisir
Désir et parfaite harmonie
Pour lâcher un dernier soupir

Publicités
Par défaut

Une réflexion sur “Le maître du monde

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s