Non classé

Reprise des hostilités

Tout d’abord, bonne année 2011.

Et la santé, surtout!

Ensuite, j’espère que vous avez passé de bonnes fêtes de fin d’année, que vous vous êtes jeté sur le foie gras avec nonchalance, sur les desserts avec appétit et sur le champagne avec sobriété.

Je tenais à partager une prise de conscience qui m’a frappé comme un forgeron son enclume, alors que j’étais en train de regarder les bras croisés un bêtisier sur une chaîne de télévision.

J’adore les bêtisiers, ces journalistes qui perdent le fil de leur pensée, ces démonstrateurs qui perdent la maîtrise de leurs animaux, ces politiciens qui perdent leur sérieux et ces grands-mères qui perdent leur dentier en répondant à la caméra. Ça me remplit de joie, ces grands moments d’imprévus qui s’invitent dans la chorégraphie bien réglée de la télévision. C’est un peu comme du Beckett impromptu, ça m’excite total grave.

Cette année, j’étais frappé par l’augmentation de vidéos (de mauvaise qualité) provenant du Net. Je subodore que la télé a très peur de se faire distancer par le « nouveau » média des jeunes (les récentes études de marché montrent que c’est  le cas). Mais ce n’est pas tout: dans le même bêtisier, je découvre aussi des vidéos d’émission de radios (si, si, ça existe), qui sont postées sur le Net puis relayées à leur tour à la télévision.

Alors qu’on mélange les médias, je veux bien. Moi, je suis pas farouche, tout me va au départ. Et puis, c’est vrai, la TV n’a pas attendu le Net pour faire des revues de la presse écrite, des « digests » des magazines. Tant que ça sert à trier l’info, moi je veux bien. Mais je pense sincèrement que cette espèce de fusion croissante du Net et de la télé, des nouveaux médias en général, c’est un signe de plus que le contenu est en train de s’appauvrir. Un média fait du bruit, amplifié par un autre média, et on a ce que les jeunes appellent du « buzz ».

Ça ressemble à s’y méprendre à ce que j’appellerai volontiers du « Larsen médiatique »: quand une info commence à tourner sur elle-même, sans que les journalistes ne parviennent à la décoder, à l’analyser, à l’expliciter. Ça m’avait frappé lors du traitement du 11 septembre. La TSR avait 3 (misérables) séquences vidéos (amateurs) de l’attentat, et parvenaient à nous tenir (tu parles) en haleine pendant une émission de 120 minutes. Là, pardonnez-moi messieurs-dames, mais on n’est plus dans la glose, on est dans une cacophonie monstre (là encore, ce que les jeunes appellent du « buzz »).

Et moi, derrière ce tout petit mot, je ne vois pas grand chose de plus qu’un battement effréné pour brasser de l’air, pour brasser du vent.

Le vent se dirige vers le midi, tourne vers le nord; puis il tourne encore, et reprend les mêmes circuits.
L’Ecclésiaste, 1:6

Ah, nom de bleu, la Bible ça fait parfois du bien.

Publicités
Par défaut

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s