Improvisation et créativité

Actrices et acteurs connus pour leur parcours en improvisation

Dans le monde anglo-saxon:

Robin Williams (1951-2014)
Le Cercle des Poètes Disparus, Mrs Doubtfire, Good Morning Vietnam, L’Eveil, Hook, Will Hunting (acteur)
1 Oscar, 6 Golden Globes, 2 Emmy Awards

Bill Murray (1950-)
Ghostbusters, Un jour sans fin, Lost in translation, Broken Flowers, The Grand Budapest Hotel (acteur)
Une bonne vingtaine de récompenses diverses

Mike Nichols (1931-2014)
Le Lauréat, Closer, Wolf, La Guerre selon Charlie Winston (réalisation)
1 Oscar et 25 récompenses diverses

Mike Myers (1963-)
Austin Powers, Wayne’s World (acteur); Shrek (doublage)
17 récompenses diverses (dont 3 casseroles, quand même)

John Belushi, Dan AykroydTina FeyAmy PoehlerDan CastellanataStephen Colbert, Jimmy Fallon, Steve Carrell, Will Ferrell. 


Dans le monde francophone:

Jamel Debbouze (1975-)
Astérix et Obélix: Mission Cléopâtre, Indigènes, Parlez-moi de la pluie, H (acteur)
Primé une fois au Festival de Cannes

EDIT: Apparemment,

Omar Sy (1978-)
Intouchables, Les Seigneurs (acteur)
a aussi fait de l’impro

Publicités
Par défaut
Improvisation et créativité

Une manière d’aborder l’avant-spectacle

Beaucoup de choses ont été dites à propos de l’échauffement d’avant-spectacle, d’avant-Match, en improvisation théâtrale. (Spontanément en parle ici, Impro etc ici, s’il y a d’autres avis, commentez! Je vous ajouterai à la liste).

Je suis loin d’être dogmatique à ce niveau: après tout, chaque troupe doit développer son propre rituel d’avant-spectacle; ça fait partie de la culture d’équipe. Personnellement, j’ai déjà exploré plusieurs formules avec plus ou moins de succès; j’ai piqué des exercices et des rituels à droite et à gauche, j’ai observé les « meilleures pratiques » et leur éventuelle corrélation avec la qualité du spectacle qui suivait, et j’en suis arrivé aux conclusions suivantes:

  • L’échauffement doit être d’ordre « technique » (physique, vocal), comme tout autre spectacle vivant;
  • La mise en train doit être d’ordre « énergétique »: on se met en état de jeu, en état d’imaginer, en état d’écouter.

Pour moi, l’échauffement physique n’est pas négociable: le comédien doit être dans une condition physique optimale; le corps est un instrument qu’il doit respecter et préparer à incarner à peu près tout. Je déteste cette excuse (johnstonienne?) selon laquelle un spectacle d’improvisation devrait commencer à un niveau « médiocre » pour se garantir une marge de progression. C’est bien mal penser des possibilités de son art, que de sous-jouer et de chercher délibérément à provoquer du mauvais théâtre.

La mise en train énergétique peut vite gaver certains comédiens, qui ont besoin d’un moment à eux pour évacuer le trac (la fameuse « petite clope qui fait du bien », le caca de la peur*, etc.). J’ai de plus en plus tendance à imposer à ces joueurs un moment de recueillement avec toute l’équipe, tout en leur ménageant un moment individuel.

Dès lors, la forme actuelle que je défends passe par trois phases:

  1. une montée en énergie physique, vocale et énergétique: 10′ de vocalises et de travail sur la respiration, 10′ d’échauffement physique;
  2. un jeu collectif pour susciter « l’envie de jouer » (playfulness) en 5′. Des mimes à deviner, ou une chanson stupide à composer sur le moment (sans enjeu d’imagination);
  3. une »mise à zéro de l’énergie de groupe »: pour se mettre sur la même longueur d’onde; depuis quelques temps, je ritualise un « cercle des souhaits »: tous les comédiens se donnent l’accolade en formant un cercle commun, et en partageant honnêtement, simplement et de manière positive un « souhait » sur le spectacle à venir.

Ce dernier rituel permet de se plonger dans un état positif de volonté de faire un beau spectacle, une écoute intime des souhaits du groupe. Bien sûr, ça ne garantit rien en terme de qualité, mais au moins on est sûr d’avoir mis toutes les bonnes énergies de son côté. Et ça, j’en suis certain: la manière que vous avez d’approcher l’avant-spectacle influence votre manière de faire le spectacle. J’ai rarement vu des génies se préparer comme des touristes.

*Pour une analyse approfondie de la notion de caca de la peur, consulter Garbiewicz (1989).

*Non, je déconne.

Par défaut