Improvisation et créativité

Ancrages personnages

L’improvisation théâtrale, c’est créer des personnages en deux secondes. Pas d’étude de texte, pas de biographie à digérer, on n’a pas le temps. Il faut donc un ancrage solide en début de scène. Solide, parce que si la scène dure un peu, tu dois pouvoir le tenir, ce personnage.

Une tentative de liste des ancrages de personnages:

PHYSIQUES

– Pieds: angle et points d’appui; démarche
– Posture de la colonne, du bassin, des épaules et de la tête
– Vitesse, poids et amplitudes des mouvements
– Voix: hauteur, débit, accent, articulation, ouverture de la bouche
– Rapport à l’environnement immédiat

PSYCHOLOGIQUES

– Emotion et attitude
– Objectif ou obsession
– Statut

Là encore, Jill Bernard est de très bon conseil: nul besoin de se creuser la tête à configurer plusieurs ancrages. Si j’en choisis un, cela va conditionner les autres, instinctivement.

Prendre cette liste, l’explorer sur soi. Voilà qui prend déjà 10’000 heures.

Publicités
Par défaut
Improvisation et créativité, Théâtre

Aucune excuse

– La scène était molle, il aurait fallu avancer au but.
– Oui, je savais bien, mais mon personnage n’aurait jamais fait une chose pareille.

Aucune excuse. L’improvisation théâtrale vous met simultanément dans la place d’acteur et de scénariste: vous auriez pu prononcer la phrase qu’il fallait pour tout débloquer, ou provoquer le twist auquel le public ne s’attendait pas.

(Hey, je n’oublie pas que l’impro vous met également dans une posture de metteur en scène, scénographe, chorégraphe, mime, chanteur, j’en passe et des meilleures). Ce que je veux dire, c’est que vous ne pourrez jamais vous réfugier, JAMAIS, derrière votre personnage, pour justifier un (mauvais) choix d’improvisation.

C’est la première Loi de Salinsky, décrite dans le Improv Handbook:

« N’importe quel personnage est capable de n’importe quelle action. » (p.177)

BONUS: Ça vaut aussi pour le théâtre écrit.

« Oh non, pas pour le théâtre écrit! Les personnages sont davantage détaillés, ils ont toute une pièce à leur actif! »

Non.

Pas du tout.

C’est juste des mots sur le papier, ou comme le dit si bien David Mamet: « La vie intérieure du personnage n’existe pas, et le personnage non plus. Le personnage, ce ne sont que les mots d’un discours tracé sur une page, et c’est tout. » (Le Chasseur et le Gibier, p. 44)

Par défaut